Compagnie PARIDAMI

Compagnie Paridami
Saison 06/07

Au Bout du Fil

d'Evelyne de la chenelière

Mise en scène par Christian Canot

 

 

Interprété par les participants aux activités théâtrales de la compagnie /

Christian Jannot, Héléna Cotinier, Aude Loyer, Stéphanie Delbaere, Muriel Morel, Fanny Bouniol, Olivier Coulon, Jean-Baptiste Compiègne, Marie-Pierre Terris, Céline Rimbaut.

 

Résumé /

De Do en Si et Bémol, entre enfance et vieillesse, ils participent à l'activité pêche. Dans leurs automatismes langagiers, leurs jeux de mots, leurs percussions verbales: paroles et résonances intimes nous invitent à y pêcher des sensations bien humaines.

 

Directions /

Cette pièce nous propose d'entendre une musicalité de la parole au bout du fil de la vie, des instantanés de la pensée, des souvenirs, des rencontres, d'une vie partagée, d'un amour brisé, fil d'une ride, d'une blessure... fil tendu qui résonne en l'autre, en nous, aussi rythmiquement incertain que le langage pris sur le vif de la vie. Mouvement perpétuel du langage qui ne s'arrête pas de se tendre qui coule en nous et qui déborde de paroles pour nous dire...

"Il donne plus activité baignade depuis qu'on s'est mis tout nu..."

 

Le rapport à la musique dans "Au bout du fil" commence avec le nom des protagonistes : do, ré, mi, fa, sol, la, si, bémol, sourdine, soupir, ronde. La tessiture vocale de l'acteur/trice crée le volume de la note en terme d'espace. Le corps de l'acteur, c'est le timbre. Le tempo musicale c'est les émotions que vivent ces notes. La musicalité naît de ce que la parole et l'ensemble des dialogues sont une composition à partir de ce qui met la parole en mouvement. Une phrase en suit une autre par association d'idée, par relation émotionnelle ou situationnelle mais plus rarement. La note est "personnage", figure donc l'instrument c'est la relation avec les autres notes, c'est l'action de pêcher de la parole mais avec rien au bout du fil, c'est un jeu dans le jeu. C'est la musicalité en terme d'ambiance émotionnelle : un micro aurait circulé au-dessus d'une foule, captant des phrases ici où là, dites par des enfants, des vieillards, un couple d'amoureux... Retirons les référents vocaux, ils restent des objets/conversations qui par une analogie musicale réinvente une nouvelle composition relationnelle, une poésie de conversations. Cette musique nous parle, cette parole nous musicalise et la recherche de sens nous humanise. à suivre....

 

L'auteure /

Evelyne de la Chenelière : Elle est née et vit au Québec. Elle a étudié le théâtre à l'École Michel Granvale à Paris, et avec Pol Pelletier à Montréal, avant de se consacrer à l'écriture, au jeu et à la mise en scène. Évelyne de la Cheneliére propose une écriture vive, jubilatoire, pour un théâtre de personnages, de mots et de situations. Issue de la nouvelle génération des dramaturges québécois, elle nous offre un théâtre ludique pour aborder avec légèreté de graves sujets de société.

 

Représenté dans le cadre du Festival "Les Bonimenteurs" au Théo Théâtre.

Représentations du 26 au 31 mai 2007.

Les 26, 27, 28 à 19h et les 29, 30, 31 à 21h

Logo Billetreduc Lire les critiques

 

Représenté en novembre 2006

à la Maison Bleue 75020

 

Le dossier

Evelyne de la Chenelière